• Accueil
  • > Recherche : titanic livre chapitre

Résultats de votre recherche

Conversation à bord du Titanic lors de son naufrage entre Sir John Jacob Astor et son coiffeur

Posté par Antoine le 26 juin 2012

Ce titre à rallonge, je l’avais déjà entrevu dans une bibliographie il y a plusieurs années et il m’avait intrigué. À n’en point douter, il devait s’agir d’un récit romancé : peu probable qu’un rescapé ait pris note de la dernière conversation de J.J. Astor, quel qu’ait pu être son prestige. En réalité, il s’agit d’une nouvelle d’une dizaine de pages écrite par l’Allemand Gert Hofmann. Et pour tout dire, je suis bien content de l’avoir emprunté à la bibliothèque la plus proche et non acheté, tant ce fut pour moi une déception !

Conversation à bord du Titanic lors de son naufrage entre Sir John Jacob Astor et son coiffeur dans Pas une grosse perte 1504240_4624055

Il n’y a pas à dire, le récit commençait bien. Je ne sais pas si c’est le fait de dire que J.J. Astor était propriétaire du Titanic, ou encore celui de le faire courir partout dans le navire pour dire que tout va bien qui m’a le plus atterré à la lecture du premier paragraphe. Dans tous les cas, le choc fut suffisant pour que la trame du récit elle-même ne me choque pas. Le Titanic coule, et donc Astor, fort logiquement, se rend au salon de coiffure du bord (tenu par son coiffeur personnel, bien entendu) pour… se faire raser, les pieds dans l’eau. Seule bonne surprise du récit, le coiffeur porte le nom authentique d’un des coiffeurs du bord, Weikman, mais comme, au final, rien ne correspond à la réalité, il eut tout aussi bien pu s’appeler Dupont. Ou alors le véritable August Weikman servait J.J. Astor depuis 21 ans, mais sans avoir quitté le Royaume-Uni (eh oui, puisqu’il dit dans le récit qu’il n’a jamais pris la mer). Comment pouvait-il donc raser un client américain depuis la Grande Bretagne, nous ne le saurons jamais ; mais le fait que l’auteur se trompe également lourdement en donnant à Astor un titre de noblesse britannique est peut-être un indice satisfaisant.

On l’aura donc compris, le récit lui même n’a a peu près rien à voir avec la véritable histoire du Titanic. En cela, il fera bien rire le passionné. D’autant plus qu’on sent que Hofmann a fait des recherches : il est fort probable qu’il ait en effet eu sous les yeux une liste de passagers dont il aura pris les noms au hasard. Pas beaucoup plus non plus, car, ne rigolez pas, l’auteur conclut son récit sur « M. Gatti, le chef de cuisine du Maxim (sic) qui le vit, alors qu’il se trouvait lui-même à bord d’un canot ». La prochaine fois que vous mettez en scène un rescapé du Titanic, M. Hofmann : assurez vous qu’il a survécu au naufrage ; autrement, ça fait tache. Mais, du fond de sa tombe de la section « Titanic » d’un cimetière de Halifax, Luigi Gatti appréciera l’attention.

D’un point de vue historique, donc, la nouvelle est à peu près aussi fiable qu’un article de Voici. Mais qu’en est-il du point de vue littéraire ? Mes quelques années d’apprentissages de l’Allemand ne m’ont laissé que de maigres souvenirs, mais il me semble bien que nos voisins d’Outre-Rhin utilisent aussi des guillemets pour signaler qu’un personnage parle. Pas le récit. Erreur de l’auteur, facétie du traducteur ? Toujours est-il que quand un dialogue se retrouve rédigé sans tirets et sans guillemets, et que les phrases des deux protagonistes se mélangent aux descriptions, cela engendre un beau magma incompréhensible. Allez savoir quand l’auteur vous fait une remarque de son propre cru, fait parler Weikman ou Astor… Du point de vue typographique, le récit égale à peu près une – mauvaise – rédaction d’élève de CP. Et je vous passe les fautes de Français. C’est bien la première fois qu’un traducteur considère qu’une moitié, c’est masculin.

Si malgré cela vous arrivez à lire, le style est lourd, lourd… L’auteur se perd dans des considérations psychologiquo-sociales avec des insinuations aux ficelles encore plus grosses que le film de Cameron. Par excès de vanité, le propriétaire du Titanic (Astor, donc…) a voulu cacher les hublots par des plantes pour oublier qu’on est en mer, et, bien entendu, même quand le salon de coiffure a les pieds dans l’eau, il reste persuadé que le navire est insubmersible (il me semble que même le film tourné par les Nazis sur le sujet était moins caricatural). On a également le côté conte social : aux portes de la mort (oui, dans les faits, Weikman a survécu, mais pas dans le récit. On a du confondre son corps avec celui de Gatti, voilà), les deux hommes se rendent compte qu’ils sont nés le même mois (bon, en fait ils avaient facilement quatre ans d’écart, mais on n’est plus à ça près), Astor, ce vil patron, s’intéresse enfin aux conditions de travail de son employé, et à la fin, ils se serrent même la main.

On pourra penser que j’ai la critique facile, mais je vous assure que, pour ma part, je n’ai pas caricaturé à un seul moment de ce compte rendu. Décidément, ce livre n’a pas grand intérêt. Pas sûr qu’il soit même à la bonne taille pour caler un meuble. Et si vous me croyez pas, vous pouvez même lire les premiers paragraphes ici.

Gert Hofmann, Conversation à bord du Titanic lors de son naufrage entre Sir John Jacob Astor et son coiffeur, Actes Sud, 1993.

Les plus

  • L’auteur a au moins eu le mérite de donner au coiffeur d’Astor le nom d’un des coiffeurs du Titanic. C’est léger, mais c’est le seul point positif que j’aie trouvé à ce récit…

 

Les moins

  • Tout simplement illisible. Style lourd, fautes d’orthographe… L’absence de signes typographiques dans les dialogues achève le tout : on est plus proches de l’épigraphie latine que de la nouvelle… Peut-être les dix pages les plus longues de ma vie…
  • D’un point de vue purement historique, le récit n’a aucune qualité et multiplie les erreurs. La première phrase parle d’elle-même : J.J. Astor propriétaire du Titanic ? Vraiment ?
  • Le fond du dialogue est téléphoné et classique. L’éternel thème du Titanic issu de l’orgueil humain surpassant la nature ; il a parfois été traité avec élégance… Ici, la subtilité n’est pas au rendez-vous. Quant au message sur les classes sociales… ce ne sont plus de grosses ficelles qui sont utilisées ici, mais des cordages !

 

Publié dans Pas une grosse perte, Roman | 1 Commentaire »

Les Grands naufrages

Posté par Antoine le 25 juin 2012

Une fois n’est pas coutume, ce livre ne concerne pas directement le Titanic. Et encore : son titre est tout de même Les Grands naufrages, du Titanic au Costa Concordia. Autant dire que notre paquebot fétiche y reste très présent. C’est une fois de plus Gérard Piouffre qui s’y attèle (troisième critique d’un de ses ouvrages sur Biblio-Titanic : on va commencer à penser que je touche un pourcentage !) : que cache donc cet ouvrage ?

 Les Grands naufrages dans Coup de coeur les_grands_naufrages

Le Titanic fait figure de naufrage d’exception. On pourrait épiloguer longtemps sur ce qui a fait son charme : le nombre de victimes ? L’aura romanesque du drame ? Les célébrités présentes à bord ? Certainement un peu de tout cela, mais une chose est certaine : ce n’est pas le seul grand naufrage dans l’histoire des paquebots. Il faut bien le dire, les catastrophes sont même nombreuses, et le livre de Gérard Piouffre n’a pas la prétention de tous les recenser. Chacun pourra regretter de ne pas y trouver son petit préféré, un naufrage sur lequel il aurait voulu plus d’informations (personnellement, mon coup de cœur aurait été pour le naufrage qualifiable de « naufrage du vous-inquiétez-pas-je-gère-tout », celui de l’Admiral Nakhimov en 1986), mais globalement la sélection est consensuelle et on ne relève aucun manque majeur à l’exception, peut-être, du Britannic.

Le classement est pertinent, puisque les naufrages ont été rangés par cause : le mauvais temps, le feu, les icebergs, les abordages, les échouements, les avaries et défauts de conception, puis les deux Guerres mondiales. Le classement est limpide, et permet de prendre conscience de l’influence de certains aléas les uns par rapport aux autres. On découvre notamment que les icebergs n’ont finalement fait que peu de mal aux paquebots. Outre le Titanic et l’Eplorer, Gérard Piouffre doit aller jusqu’à chercher un naufrage « manqué », le Royal Edward : preuve que, somme toute, la glace n’était qu’un danger peu commun.

De façon générale, chaque naufrage est raconté de façon vivante et précise, dans un style fluide : le livre se dévore en quelques heures. Certains naufrages sont intemporels. Même si elles sont déjà connues, les catastrophes de l’Andrea Doria ou de l’Empress of Ireland continuent à nous marquer. D’autres, peu connus, comme le Lamoricière, nous surprennent par leur horreur. Aucun ne laisse indifférent.

Raisons commerciales oblige, le Costa Concordia est également mis en avant. On pourrait aborder ce chapitre avec méfiance, tant il semble difficile d’écrire un chapitre sur un naufrage encore tout frais (le livre a été terminé fin janvier, une semaine ou deux après le naufrage). Il n’en est rien. Gérard Piouffre a réussi à nous offrir une synthèse claire et neutre des événements, au milieu du magma insipide et contradictoire que nous livrait la presse. Certes, ce chapitre ne restera pas longtemps une référence, tant il est évident que notre vision du naufrage est appelée à évoluer avec le temps.

Les Grands naufrages offre donc une précieuse synthèse sur les catastrophes maritimes ayant touché les paquebots. Une lecture agréable et indispensable pour les passionnés de marine !

Gérard Piouffre, Les Grands naufrages, du Titanic au Costa Concordia, First étidions, 2012

 

Les plus

  • Clair, concis et vivant : une façon parfaite pour découvrir nombre de naufrages peu connus
  • Les illustrations sont malheureusement rares, mais les dessins d’Alain Coz sont particulièrement jolis, ce qui compense et permet de visualiser les navires dont il est question
  • Le livre nous propose un bon nombre de naufrage, et donne un bon équilibre entre les grands classiques et les inconnus
  • Le chapitre sur le Costa Concordia offre une bonne synthèse plus pondérée que la plupart des écrits sur le sujet

 

Les moins

  • Chacun pourra regretter qu’il manque « son » naufrage préféré.
  • Comme dit plus haut, plus d’illustrations auraient été appréciables, le sujet s’y prêtant pas mal.

Publié dans Coup de coeur, Ouvrage généraliste | 5 Commentaires »

Report Into The Loss of SS Titanic : A Centennial Reappraisal

Posté par Antoine le 22 avril 2012

Il y a des livres qui font école dans leur domaine, et qui restent longtemps une référence. Des livres qui font état de l’étendue des connaissances sur un sujet à un instant T. Report Into The Loss of SS Titanic : A Centennial Reappraisal est de ceux-ci. Véritable Bible du Titanic, le livre compte pas moins de onze auteurs, le gratin des chercheurs spécialistes du sujet, sous la houlette de Samuel Halpern. Mark Chirnside, George Behe, Bruce Beveridge, Steve Hall, Tad Fitch, Bill Wormstedt, Dave Gittins, Cathy Akers-Jordan, Lester J. Mitcham et le capitaine Charles Weeks ont ainsi contribué à cet ouvrage à l’objectif simple : faire le bilan des connaissances sur le naufrage 100 ans après le drame. Et le résultat est réussi.

Report Into The Loss of SS Titanic : A Centennial Reappraisal dans Coup de coeur Report_Into_the__4f60d0055a0a6

Comme en témoigne le site créé pour l’occasion, le livre est exhaustif. On nous présente les enquêtes, sommairement, avec un but avoué : refaire l’enquête 100 ans après en cherchant à répondre à un certain nombre de questions. Depuis les commissions de l’époque, notre connaissance s’est étoffée avec notamment la découverte de l’épave, et cette mise à jour est nécessaire. On le comprend vite, ce livre ne vous donnera pas d’information sur les passagers. Astor, Hays, Guggenheim et autres ne sont que les figurants du drame raconté ici, le livre se centrant sur le pourquoi et le comment plus que sur le qui. Tous les aspects nécessaires à la compréhension des circonstances du drame sont évoqués : structure du navire (avec un chapitre condensé du superbe Titanic, the Ship Magnificent par ses auteurs), route suivie durant la traversée, mesures prises pour éviter les glaces, étendue des dégâts suite à la collision… On en découvre également plus sur la probable propagation de l’eau, sur le chargement des canots et ainsi de suite. De même, les polémiques du Californian et du Mount Temple sont évoquées, et les conclusions sont particulièrement mesurées.

Dans l’ensemble, la grande qualité de ce livre réside dans le nombre d’auteurs. Le but avoué de la méthode est de permettre aux uns et aux autres de corriger mutuellement leurs lacunes, de fournir un ensemble moins partial que s’il était le fruit d’un seul. La synthèse est ainsi claire, précise, et innovante. Les conclusions auxquelles parvient l’ouvrage sont assez claires et ont l’avantage de ne pas sombrer dans le réquisitoire partial que tiennent certains auteurs. Les annexes sont également une mine d’informations inépuisable avec des listes de passagers et de l’équipage, mais aussi une clarification des chronologies en détaillant les questions de changements d’heure. Enfin, une annexe est particulièrement intéressante, celle qui concerne la « question des grilles verrouillées » dont les conclusions déstabiliseront les tenants du manichéisme Cameronien. Par ailleurs, l’ouvrage fait un gros travail de référencement de l’information avec un grand nombre de notes renvoyant aux témoignages originaux.

Le tout n’est pas exempt de défauts, cependant. Assez technique, l’ouvrage est parfois difficile à aborder pour le lecteur lambda qui sautera facilement certains passages. Ce n’est clairement pas le genre d’ouvrage que l’on peut lire dans un état de fatigue avancée ! Plus encore, les schémas de Sam Halpern sont assez effrayants, manquent de clareté et tendent presque à complexifier les choses. Ce serait le point à reprendre en cas de réédition. A Centennial Reappraisal reste un ouvrage de référence pour tous les amateurs du Titanic, et une pièce nécessaire dans toute bibliothèque.

Samuel Halpern (dir.), Report Into The Loss of SS Titanic, A Centennial Reappraisal, The History Press, 2011

 

Les plus

  • Une somme d’information inégalée sur l’histoire du navire et son naufrage. Une véritable Bible d’un point de vue historique.
  • Rédigé par l’élite des chercheurs anglophones sur le sujet
  • De nombreuses explications sur multiples points et des annexes passionnantes

 

Les moins

  • Parfois complexe à lire. Ce livre n’est pas destiné au grand public.
  • Les schémas de Sam Halpern sont assez décevants.

Publié dans Coup de coeur, In english please !, Livre spécialisé | Pas de Commentaires »

Titanic Scandal, the Trial of the Mount Temple

Posté par Antoine le 31 décembre 2011

Comme tous les sujets historiques populaires, le naufrage du Titanic n’a pas échappé à son lot de controverses et de théories plus ou moins sérieuses. Plusieurs fois, des auteurs ont tenté de nous expliquer dans leurs livres que le Titanic avait coulé parce que le quartier-maître ne connaissait pas sa gauche et sa droite, ou même qu’il n’a jamais coulé. De fait, un ouvrage au titre aussi sensationnaliste que « Titanic scandal », « Le scandale du Titanic« , pouvait pousser à douter. Le fait qu’il soit écrit par Senan Molony, auteur prolifique sur Encyclopedia Titanica et chercheur émérite était certainement la seule chose qui le séparait de la pile des livres conspirationnistes à jeter. Pourtant, force est d’avouer que Molony nous présente ici des faits pour le moins intéressants, et de façon plutôt bienvenue.

 Titanic Scandal, the Trial of the Mount Temple dans In english please ! titanic-scandal-the-trial-of-the-mount-temple

Petit rappel historique, tout d’abord. Lorsque le Titanic sombre, un certain nombre de passagers et membres d’équipage aperçoivent au loin les feux d’un navire qui demeure immobile et ne répond pas. Le suspect le plus souvent retenu est le Californian, bien que les preuves actuelles tendent à dire qu’il était trop loin. Le paquebot canadien Mount Temple était également proche du lieu du drame, mais à l’ouest d’un gigantesque champ de glace qui l’a empêché d’atteindre le navire à temps. Pour Molony, le Mount Temple est ce navire « fantôme », et de nombreuses preuves ignorées par les commissions d’enquête, peuvent le démontrer. Il entend donc, près de cent ans après, dresser le procès du Mount Temple, et plus précisément celui de son capitaine, Moore.

Procès n’est ici pas une image puisque le livre est présenté sous cette forme, avec exposé des faits, intervention des témoins (par le biais de leurs déclarations originales), réfutation des arguments de l’auteur par l’avocat du capitaine, conclusion… La forme rend ainsi le tout assez ludique. Autre avantage ? En choisissant cette forme, Molony accepte la contradiction, et relève même le défi de critiquer ses propres arguments. Un chapitre entier, en guise d’avant-conclusion, donne la parole à la défense de Moore, et la conclusion donne la part belle à ceux qui ne seraient pas d’accord avec cette théorie. D’ailleurs, Molony le dit dès le début de son ouvrage : « je ne fait qu’exposer des faits, à vous de voir s’ils vous conviennent ou pas ». Bref, c’est une façon de penser que je juge honnête, et qui, en cela, donne au livre une meilleure honnêteté historique que celui de Daniel Allen Butler, qui ne tolérait aucun argument pouvant contredire son raisonnement.

Le livre de Molony nous donne un grand nombre d’arguments de taille : incohérences dans les témoignages, désertions étranges, questionnements sur les positions des navires, sur les vides dans le livre de bord du Mount Temple qui, pourtant bien rempli les autres jours, ne dit rien entre le 14 et le 19 avril… Un travail de recherche énorme a été fait, et tous les événements sont racontés en détail, dans près de 250 pages. Le tout est accompagné de très belles illustrations et de documents. Les annexes contiennent entre autres les retranscriptions des listes d’équipage et de passagers du navire. Bref, le travail n’a pas été fait à moitié.

C’est peut-être, en fait, le problème de cet ouvrage. Le sujet est complexe, très complexe, et Molony a ici créé un véritable travail d’historien, en essayant d’en mettre le maximum. Chaque intervenant est ainsi présenté en détail : presque tout ce que l’on en sait est exposé pour donner au lecteur un maximum de clés. De fait, Molony a sacrifié l’aspect commercial et accessible de son livre au profit de son exhaustivité et de sa précision. On ne va pas s’en plaindre, c’est certain, mais le livre est à réserver à un public bien entrainé, qui connait l’histoire du Titanic, et qui maîtrise convenablement l’anglais.

Senan Molony, Titanic Scandal, the Trial of the Mount Temple, Amberley Publishing, 2009, 256 p.

 

Les plus

  • Une étude unique sur un acteur du drame qui n’en avait jamais bénéficié : le Mount Temple
  • De nombreux arguments et illustrations posant une théorie bien pensée et étayée
  • L’auteur garde une certaine ouverture d’esprit en donnant également les arguments allant à l’encontre de sa théorie et en laissant au lecteur le choix d’établir sa propre opinion sur le sujet.

 

Les moins

  • Parfois très complexe : des schémas sur les positions des navires estimées par l’auteur pour détailler son idée auraient été les bienvenus.
  • Les recherches ont été très approfondies, et tout est dit dans le livre. Ce n’est pas à proprement parler un point négatif, mais cela complexifie fortement la lecture.
  • On peut être déçu que la carrière du Mount Temple avant et après l’épisode du Titanic ne soit que très peu évoquée. Un chapitre explicatif aurait été bienvenu, puisque c’est ici, finalement, le seul protagoniste à ne pas faire l’objet d’une biographie détaillée. La traversée d’avril 1912 est en revanche remarquablement détaillée.

Publié dans In english please !, Livre spécialisé | Pas de Commentaires »

The Other Side of the Night

Posté par Antoine le 27 juin 2011

The Other Side of the Night, de Daniel Allen Butler, est un de ces ouvrages dont on ne sait pas s’il est bon ou mauvais. L’avis sur le sujet varie d’ailleurs maintes fois en cours de lecture. Il est certain, dans tous les cas, que le postulat de départ de l’ouvrage est intéressant : voir ce qui s’est passé « de l’autre côté de la nuit », à bord du Carpathia et du Californian.

 

The Other Side of the Night dans In english please ! Other-Side-of-the-Night

 

Vaste sujet, que Daniel Allen Butler traite en détail, et c’est l’un des points forts de son livre. Les informations abondent sur les carrières tant des navires que des hommes qui les ont dirigé, qu’ils s’agisse des commandants, ou des officiers. Le contexte est également bien décrit et les détails et anecdotes abondent. Toujours en ce qui concerne les points positifs, le style est assez fluide et simple à lire, même pour quelqu’un qui ne lit pas bien l’anglais. Sur la forme, le livre est d’ailleurs assez joli, le texte est écrit gros, et les pages centrales proposent des illustrations. De bons points donc.

Mais l’ouvrage a aussi un gros problème de méthode historique. La polémique du Californian est ancienne, et n’en a pas fini de faire couler de l’encre. Et Daniel Allen Butler annonce dès le départ la couleur : ce sera Saint Arthur Rostron opposé à Stanley « Satan » Lord. Ce dernier est littéralement lynché par l’auteur qui tire une conclusion »psychologique » : Lord était un sociopathe. Tout juste reconnaît-il que le Californian n’aurait pu sauver personne. Cette absence d’objectivité, annoncée dès le début (combien de fois insiste t-il sur le fait que le Titanic attendait « des secours, de n’importe qui dans les environs »de façon surexagérée!), est d’autant plus visible que Butler est étonnamment objectif avec tout le monde, et en particulier J.B. Ismay, le bouc émissaire officiel de la catastrophe. En perdant en objectivité, Butler fait perdre à son livre beaucoup de sa qualité.

Une précieuse source d’informations, donc, à condition de la lire avec beaucoup de recul.

Daniel Allen Butler, The Other Side of the Night, Casemate Publishers, 2009, ISBN 1935149024

Les plus

  • Un sujet original et traité en détail
  • Facile et agréable à lire
  • Le livre en lui même est bien fait

Les moins

 

  • Un manque total d’objectivité
  • Le récit est parfois décousu, puisque le naufrage du Titanic est revécu plusieurs fois selon les chapitres et points de vue

Publié dans In english please !, Livre spécialisé | 2 Commentaires »

The Band That Played On

Posté par Antoine le 16 juin 2011

Parmi les victimes du naufrage du Titanic, l’orchestre du navire a probablement connu la mort la plus légendaire. Mourir en accomplissant son (pourtant futile) devoir, à une époque où les anciens se plaignaient déjà de la jeunesse décadente, ça avait un bel impact. C’est l’histoire de ces huit héros que Steve Turner entreprend de raconter dans son ouvrage. Un auteur qui ne m’est pas inconnu puisqu’il a également écrit un ouvrage de référence sur mon autre sujet de prédilection, les Beatles, mais c’est une autre histoire.

 

The Band That Played On dans Coup de coeur The%2BBand%2BThat%2BPlayed%2BOn

 

À la vue de la taille du livre (plus de 200 pages), on se rend compte qu’il y a plus à dire sur l’orchestre du Titanic qu’on ne l’aurait cru. Turner a l’idée originale de commencer son récit par la fin, en se concentrant sur l’arrivée du Carpathia à New-York, les témoignages des rescapés dans la presse et la naissance de la légende de l’orchestre. Il présente ensuite dans un deuxième chapitre les employeurs de l’orchestre, et le contexte de l’époque. Puis viennent six chapitres biographiques : cinq des huit membres ont en effet droit à leur chapitre, les trois autres étant regroupé dans le sixième. Dans tous les cas, les recherches ont été vastes et précises et les biographies sont très denses et appréciables.

Viennent ensuite les chapitres plus discutables sur la traversée et le naufrage. Turner annonce dès le départ qu’il ne cherchera pas à entrer dans la grande histoire et se concentrera sur l’orchestre. Mais lorsqu’il explique, probablement plus par simplification que par erreur, que le Titanic heurte l’iceberg à 23h45, ça pique les yeux. Du reste, les chapitres ne sont pas mauvais, au contraire : Turner relève les témoignages et ne cherche pas à établir une version unique des faits. Il se contente du conditionnel, et de reconnaitre que rien n’est sûr.

Enfin, les derniers chapitres étudient les conséquences : qu’il s’agisse des hommages, de la naissance du « mythe de l’orchestre » et de la réaction des contemporains, ou de l’aspect moins reluisant du traitement offert aux proches. Tout le livre est argumenté de nombreuses photographies en noir et blanc, et le livre est pourvu d’une très bonne bibliographie qui témoigne du gros travail de recherche effectué. Un index est également présent, ce qui n’est pas inutile vu la masse d’informations.

Steve Turner, The Band That Played On, Thomas Nelson, 2011, ISBN 978-1-5955-5219-8

 

Les plus

  • Facile à lire, bien organisé, aéré et illustré
  • Des recherches biographiques très approfondies
  • Beaucoup d’anecdotes et d’informations intéressantes

 

Les moins

  • Quelques approximations sur le déroulement des faits, pas forcément involontaires

Publié dans Coup de coeur, In english please !, Livre spécialisé | 4 Commentaires »

The Olympic Class Ships : Olympic, Titanic, Britannic

Posté par Antoine le 11 juin 2011

Dans la série des livres essentiels, celui-ci occupe à mon avis une bonne place. The Olympic Class Ships, par Mark Chirnside, tente de proposer une histoire précise des trois géants de classe Olympic. Il y parvient, et plus encore.

The Olympic Class Ships : Olympic, Titanic, Britannic dans Coup de coeur 162000_176469309038046_6251467_n

Des trois paquebots, le Titanic est inévitablement le plus connu.  L’histoire de ses deux jumeaux, l’Olympic et le Britannic, n’en est pas moins touffue et intéressante, comme le prouve Chirnside avec son ouvrage. Les trois chapitres centraux sont en effet consacrés à chacun des navires, en accordant en moyenne 80 pages à chacun.  Et ces pages sont bien remplies : le naufrage du Titanic et sa traversée sont racontés en détail, de même que les carrières des deux autres navires, sans parler des nombreuses descriptions. La quantité d’informations données est énorme. S’y ajoutent deux chapitres sur les épaves des deux paquebots disparus, mais pas seulement. Les quatre premiers chapitres, bien que nettement plus courts, introduisent rondement le sujet : présentation de la White Star Line, des chantiers Harland & Wolff, et même des rivaux des paquebots (Lusitania, Mauretania et Aquitania).

À cela s’ajoutent les annexes : plus de cinquante pages proposant des tableaux comparatifs de données sur les navires, une analyse des légendes et « prémonitions » sur le naufrage, une présentation rapide des transbordeurs Nomadic et Traffic, et une analyse de l’énigme du Californian. Le lecteur en a clairement pour son argent. Et le travail est sérieux, comme en témoignent l’avalanche de références en fin d’ouvrage (rigueur peu, ou pas présente dans les ouvrages français), une très dense bibliographie et un grand nombre de photographies et de dessins rares, en noir et blanc. Revers de la médaille, le livre, disponible uniquement en anglais, passe rapidement d’un point à l’autre, mais reste aisé à lire quand on a quelques rudiments de la langue.

La première édition date de 2004 et a été légèrement revue en 2006. C’est de celle-ci que je vous ai parlé. Mais ce n’est pas celle que je vous conseille. Mark Chirnside a en effet annoncé une nouvelle édition produite au printemps 2011 sur son site officiel. Celle-ci est plus dense, mieux illustrée, et contient quelques « mises à jour » dues à l’avancée des recherches de l’auteur. Un achat très chaudement recommandé.

Mark Chirnside, The Olympic Class Ships ; Olympic, Titanic, Britannic, Tempus Publishing, 2004, 2006, 2011. Mark Chirnside a répondu à une interview sur ce blog à lire ici.
 

Les plus

  • Très complet, non seulement sur l’histoire des deux jumeaux méconnus, mais aussi sur celle du Titanic.
  • Regorge d’anecdotes et pousse les recherches très loin.
  • Un travail très sérieux et une méthode d’historien.
  • Des illustrations rares et de qualité.

Les moins

 

  • Parfois difficile à suivre quand on parle mal anglais, mais rien d’insurmontable.
  • Un index très minimal par manque de place, au grand dam de l’auteur. Il est très difficile de retrouver une information dans le livre. (problème peut-être résolu sur l’édition de 2011)

Publié dans Coup de coeur, In english please !, Livre spécialisé | 2 Commentaires »

Titanic, The Ship Magnificent

Posté par Antoine le 2 juin 2011

Pour tous les modélistes et artistes titanicophiles, ou plus largement pour tous ceux qui sont intéressés par la structure et les interviews du Titanic, Titanic, The Ship Magnificent, de Bruce Beveridge, est la référence. Plus de 1100 pages divisées en deux tomes d’une précision énorme.

Titanic, The Ship Magnificent dans Coup de coeur 62523_476563373551_132966973551_6590306_3173419_n

Le premier tome est probablement le plus difficile d’accès. Il traite de la construction du navire, et de tous les aspects techniques. Tout est passé en revue : la forme de la coque, les compartiments étanches, les formes des superstructures, des portes et fenêtres, l’installation électrique, la propulsion, et même les équipements de sauvetage et les appareils radio. Si tout cela est passionnant, on peut regretter que le livre soit très technique, et donc difficile d’accès, d’autant plus lorsqu’on ne parle pas un anglais parfait.

Le deuxième tome est à mon avis les plus passionnant : on y trouve en effet toute la description des intérieurs du navire. Après quatre chapitres thématiques (un sur la vie à bord, un sur les styles décoratifs, un sur l’hygiène et un sur la cuisine), les chapitres suivants décrivent pont par pont toutes les installations du navire, photographies à l’appui. Dans la mesure où ces descriptions se rapprochent plus de la vie des passagers et d’aspects plus commun, le livre est bien plus accessible.

Dans les deux cas, ces livres, s’ils coûtent fort cher (envisager plus de 100€ les deux), sont un investissement pour le passionné. Les photographies (rares et superbes) suffisent, d’ailleurs à elles seules à justifier l’achat quand bien même l’anglais ne serait pas votre fort.

Bruce Beveridge, Titanic, The Ship Magnificent, 2 tomes, The History Press, 2009, ISBN 978-0-7524-4626-4

Les plus

  • Le sujet est passionnant et traité de la façon la plus détaillée possible. On serait presque tenté de dire que ce qui n’est pas dans le livre de Beveridge… n’existait pas.
  • Les photos sont magnifiques, et souvent inédites.

Les moins

 

  • Le prix : le livre n’est pas à la portée de toutes les bourses
  • Les parties les plus techniques ne sont pas accessibles à ceux qui ont des difficultés avec l’anglais. Elles ne représentent pas la majorité de l’ouvrage. Je conseille en priorité le tome 2.

Publié dans Coup de coeur, In english please !, Livre spécialisé | 5 Commentaires »

Le Drame du Titanic

Posté par Antoine le 1 juin 2011

Le Drame du Titanic, par Philippe Masson, occupe une place à part à mes yeux, non pas pour sa qualité, mais parce qu’il s’agit là du tout premier livre que j’ai eu sur le Titanic. J’avais alors huit ans… et j’ai du mal à comprendre comment j’avais pu, à l’époque, le comprendre.

 

Le Drame du Titanic dans Ouvrage généraliste 9782266085199FS

 

Difficile d’avoir un avis tranché sur ce livre, car il y a du bon… et du moins bon. Pour le bon, tout d’abord, Philippe Masson est historien de marine, et a la méthodologie qui va avec. Il fait donc ce que font peu les autres ouvrages sur le Titanic, à savoir contextualiser un peu son sujet. Si son premier chapitre (sur 6), raconte la traversée à partir de l’embarquement, de façon assez sommaire, il s’attarde également plus longuement sur les moyens de traverser l’Atlantique à l’époque, la concurrence entre les compagnies, la course à la taille. On sent également que Masson a fait des recherches : sa lecture de l’ouvrage autobiographique de Lawrence Beesley, par exemple, ne fait aucun doute. La vie du Titanic est traitée assez rapidement, sur les deux premiers chapitres. Les quatre suivants sont consacrés aux enquêtes, aux mesures qui ont suivi, à la découverte de l’épave, et à l’apparition du Titanic dans la culture populaire. De ce point de vue, le regard d’un historien non spécialisé est intéressant, car il évoque des aspects plus généraux et mieux contextualisé que d’autres ouvrages.

Cependant, cela va également de pair avec un défaut récurant : les erreurs. Celles-ci sont généralement sur des points de détail, et le lecteur lambda ressortira de sa lecture sans s’en être rendu compte. Il aura en ce sens retenu le principal : l’horreur du naufrage, le choc exercé sur les mentalités, et les mesures qui en ont découlé. Pour le chercheur qui veut des renseignements précis sur le Titanic en lui même, le problème est plus grand. Masson se trompe ainsi de façon récurrente sur l’emplacement de la salle à manger, se trompe sur le sort de Jack Phillips, parle d’une salle de bal à bord (ce qui relève de l’hérésie au sein de la communauté Titanicophile). Rien de choquant pour un néophyte, mais plus gênant lorsqu’on cherche des informations sur un fait en particulier. Par ailleurs, le livre est sorti en 1998, et me semble assez daté : certaines théories ont depuis été revues, et certains points de vue exposés ne sont plus forcément d’actualité. Enfin, il est dommage que le livre donne une impression de difficulté : le sujet à beau être passionnant, on est souvent tenté de décrocher.

Un livre de qualité, donc… Mais daté. Je conseillerais aujourd’hui plutôt Le Titanic ne répond plus, qui me semble plus accessible et contient moins d’erreurs. Revers de la médaille, le contexte et les parallèles avec d’autres cas sont moins fréquents.

Philippe Masson, Le Drame du Titanic, Tallendier, 1998, ISBN 9782235021760

Les plus

  • Le livre est complet et fait clairement le tour du sujet
  • L’information est contextualisée et le travail est celui d’un historien chevronné
  • L’impressionnante bibliographie montre que le travail de recherche a été fait

Les moins

  • Un style assez lourd par moment, le livre est en ce sens peu accessible au néophyte.
  • Un certain nombre d’erreurs et d’approximations, qui relèvent cependant du détail.
  • Le livre est assez daté : de meilleurs ouvrages francophones ont vu le jour depuis.

Publié dans Ouvrage généraliste | 4 Commentaires »

Le Titanic ne répond plus

Posté par Antoine le 29 mai 2011

Parmi les livres sur le Titanic, il en est un seul que je pouvais décemment choisir en premier : Le Titanic ne répond plus. L’honnêteté m’oblige à dire que je suis ami avec son auteur, Gérard Piouffre, mais cela n’entachera pas mon objectivité : j’avais apprécié le livre avant de le connaître.

Couverture

Le Titanic ne répond plus s’inscrit dans la collection des éditions Larousse « L’Histoire comme un roman » et prend le parti de raconter la naissance, la (courte) carrière et le naufrage du Titanic sous forme de roman. Le style est ainsi particulièrement agréable et le livre se lit facilement. Les amateurs d’ouvrages historiques pourront cependant craindre que cette facilité d’accès se fasse aux dépends de la rigueur et des apports du livre. Il n’en est heureusement rien.

Le récit commence par une ellipse à bord du Californian, le navire par la suite accusé d’être resté sur les lieux sans porter secours au Titanic. On y voit justement l’équipage assister au drame qui se joue sans vraiment le comprendre : dès le début, le ton de l’ouvrage est posé puisque les dialogues ne nuisent pas à la précision, et le travail de recherche sur les législations maritimes et règles concernant les signaux de détresse apparaît très clairement.

Après cette parenthèse, le livre reprend chronologiquement la vie du Titanic, du projet au mythe perpétué sur internet. C’est là qu’arrive la deuxième surprise. Là où beaucoup d’ouvrages (pour ne pas dire tous) se concentrent sur le naufrage et à moindre mesure la traversée, Gérard Piouffre prend les choses à contre-courant et se concentre sur la construction (allant jusqu’à décrire les conditions de vie des ouvriers des chantiers), la réaction de la presse recevant la nouvelle du naufrage, les enjeux et le déroulement des commissions d’enquête, et finalement l’héritage du navire, sur papier, à l’écran et sur le web.

Finalement, la partie la moins densément traitée est paradoxalement le naufrage, mais ce n’est pas un problème, dans la mesure où les moindres anecdotes sur le sujet ont déjà été publiées et republiées. Les faits sont par ailleurs présentés de façon assez objective, ce qui ne gâche rien. Le Titanic ne répond plus est devenu un des ouvrages francophones de référence sur le sujet. C’est pour moi un précieux outil de travail lorsque je rédige mes articles wikipédiens, mais son accessibilité fait également que je le conseillerais à quiconque veut découvrir le sujet.

Gérard Piouffre, Le Titanic ne répond plus, 2009, Larousse, ISBN 978-2-03-584196-4

Les plus

  • La forme « roman » rend la lecture particulièrement fluide et facile.
  • Tout en restant facilement abordable, le livre n’hésite pas à être précis.
  • Des points rarement développés le sont ici, comme la construction et l’après naufrage.
  • Un travail de recherche rigoureux pour contextualiser le naufrage.

Les moins

  • Le lecteur qui s’attend à une description précise du naufrage et des anecdotes qui l’entourent restera sur sa faim, le chapitre sur le sujet étant des plus concis. À ce sujet, un ouvrage comme La Nuit du Titanic de Walter Lord sera plus utile.
  • On regrette presque que l’ouvrage soit destiné au grand public, tant les aspects « inédits » (en français) auraient pu être beaucoup plus longuement évoqués.

 

Publié dans Coup de coeur, Livre spécialisé, Roman | 3 Commentaires »

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique