• Accueil
  • > Recherche : jeux du titanic coule

Résultats de votre recherche

Gilded Lives, Fatal Voyage

Posté par Antoine le 20 mai 2013

Parmi les livres sortis à l’occasion du centenaire, beaucoup ne valaient pas grand chose, et nous avons été, si l’on peut dire, submergés par quelques ouvrages de basse qualité tels que Les Secrets du Titanic, de sinistre mémoire. Ce fait est d’autant plus triste que l’argent utilisé pour acheter ces horreurs n’a pas servi a acheter des livres de bien meilleure qualité, tels que Gilded Lives, Fatal Voyage, d’Hugh Brewster. Jusqu’à il y a peu, je ne pensais pas que Brewster était un auteur particulièrement impliqué dans l’histoire du Titanic ; je ne lui connaissais que le très bon Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Titanic, qui restait très général. Ce n’est que récemment que j’ai découvert que, loin d’être un amateur, il était bien intégré dans les cercles de chercheurs titanicophiles, et qu’il avait plus d’une corde à son arc. Cet ouvrage en témoigne.

Gilded Lives, Fatal Voyage dans Coup de coeur 12478862

Gilded Lives est un de ces ouvrages qui, à l’instar des Français du Titanic, tente de raconter l’histoire du paquebot sous un angle bien précis. Aussi, si la trame est familière, le contenu se révèle bien vite instructif, en nous emmenant sur des chemins inattendus. Dans le cas de cet ouvrage, l’angle choisi est celui du faste de la première classe, d’où ces vies artificiellement « dorées ». Nous sommes donc invités à embarquer à Cherbourg aux côtés de riches passagers comme Francis Davis Millet, Margaret Brown et le couple Astor. À chaque fois, le livre, qui se dévore comme un roman, s’étend sur des vastes parenthèses sur la vie de ces individus, leurs carrières. C’est un petit monde qui s’anime sous nos yeux, où tout le monde ou presque se connaît, s’est croisé, et Brewster recrée à la perfection ce sentiment.

Dans ces jeux d’apparence, le lecteur découvre donc l’émergence de Lucy Duff Gordon comme créatrice de mode, ou la passionnante carrière d’Archibald Butt aux côtés des plus grands. Les aspects moins reluisants sont également évoqués, les médisances sur certains passagers moins populaires, les ragots rapportés par la presse… De la salle à manger aux bains turcs, on suit les aventures de ces gens pour qui le voyage du Titanic n’était qu’une traversée anodine. Tous les aspects sont évoqués, même l’épineuse question de l’homosexualité à bord, décryptée avec beaucoup de talent (et de conditionnel !) à l’aide de lettres de Millet.

Ces lettres, justement, sont au cœur de l’ouvrage, de même que les ouvrages, enquêtes, autobiographies. Le but est donner à chacun de ces protagonistes la parole, car, après tout, qui est mieux placé qu’eux pour parler de cette expérience ? En découle un ouvrage à la fois dense et passionnant, que l’on dévore sans état d’âme.

On notera cependant que j’ai parlé ici de Gilded Lives, Fatal Voyage, et non de sa traduction (Des Vies dorées) parue en France. Ceci pour une raison simple : la traduction est mal faite et bourrée d’erreurs et de contresens, à tel point que la qualité du travail de l’auteur est dépréciée. Comme bien souvent, donc, mieux vaut passer par la V.O.. Le lecteur de la version française ne perdra probablement pas le sens global du livre, mais risque d’apprendre des choses fausses sur des points précis.

Hugh Brewster, Gilded Lives, Fatal Voyage, Broadway Paperbacks, 2012, 338 p.

 

Les plus

  • Une plongée dans le monde finalement peu connu de la première classe ; passionnant.
  • Des illustrations de qualité, souvent rares, et beaucoup de références à des textes originaux.
  • Hugh Brewster a eu la très bonne idée de faire appel à de nombreux autres auteurs, tels que Don Lynch et George Behe. Loin d’être un aveu de faiblesse, cela permet d’assurer la qualité du livre, ce que tous les auteurs ne font malheureusement pas.

 

Les moins

  • La traduction française est, visiblement, assez moyenne. Qui plus est, la différence de prix est très clairement en faveur de la version originale.

Publié dans Coup de coeur, In english please !, Livre spécialisé | Pas de Commentaires »

Index

Posté par Antoine le 25 janvier 2012

Cette page recense toutes les critiques faites sur Biblio-Titanic, pour vous permettre de retrouver un ouvrage particulier.

Livres

 

Sites internet

 

Films

 

Documentaires

 

CD-ROM/Jeux-vidéo/disques

Publié dans | 2 Commentaires »

Rencontre avec Andrew Nelson

Posté par Antoine le 4 novembre 2011

Andrew Nelson est un nom qui ne dira probablement rien à bon nombre de Titanicophiles. Pourtant, ce nom m’avait marqué dans mon enfance, tant il semblait prédestiné. Car, tout comme Thomas Andrews, cet Andrew là a (re)conçu le Titanic et l’a fait naviguer à nouveau. Andrew Nelson est en effet le concepteur du jeu vidéo Titanic, une Aventure hors du temps, qu’il a écrit et réalisé. Alors que le jeu fête aujourd’hui ses 15 ans sans avoir pris une ride, j’ai eu la chance d’interviewer l’homme qui en est à l’origine. Vous pouvez en savoir plus sur ses activités actuelles via son blog.

 

Biblio-Titanic : Avant d’écrire et de réaliser Titanic, vous avez travaillé sur Dust, un jeu de western plutôt déjanté. Comment êtes-vous passé du Far West au Titanic  ? Comment est venue cette idée ? Étiez-vous intéressé par ce navire auparavant ?

Andrew Nelson : Comme beaucoup d’enfants, je me suis intéressé au Titanic, mais la véritable motivation pour faire ce jeu est venue de ma belle-soeur, Debi Lambert, qui m’a demandé : « J’aimerais vraiment jouer à un jeu sur ordinateur, mais ils durent des heures. Peux tu faire un jeu qui ne prenne que deux heures pour être fini ? » Pendant le vol du retour, j’ai lu un article qui m’a fait me rappeler que le Titanic avait justement sombré en deux heures. C’est de là qu’est partie l’idée pour la deuxième partie du jeu. Une foi que vous avez tous les objets en main, le navire heurte l’iceberg et le joueur a alors deux heures seulement pour réunir les éléments et quitter le navire.

 

B-T : J’ai entendu dire que le célèbre historien du Titanic Walter Lord avait donné quelques indications pour la réalisation du jeu. De façon plus générale, qui s’est occupé des recherches historiques et quelles ont été vos principales sources d’information ?

A. N. : J’ai passé un après-midi à parler à Walter Lord dans son appartement de New York. Il m’a montré de nombreux objets sur le Titanic. Ca a vraiment été un merveilleux après-midi avec lui. Les principales sources d’information viennent de son livre, des rapports des audiences du congrès et d’autres sources, notamment un magazine de construction navale présentant en avant première le navire, publié en 1911.

 

B-T : Au cours du jeu, les personnages mentionnent des anecdotes sur ce qui s’est vraiment passé à bord, parlent des véritables passagers du paquebot, mais aucun de ces personnages n’est représenté dans le jeu. Ce choix était-il délibéré, et pourquoi ?

A. N. : Nous pensions qu’il serait trop difficile de recréer ces gens, et qu’il serait plus facile pour nous d’insérer des personnages fictifs – donnant aux personnages réels la possibilité d’ »exister » autour de vous, le personnage.

 

B-T : Combien de temps cela prend-t-il pour écrire un jeu comme Titanic ? Quelles difficultés avez vous rencontré ? Y-a t-il des passages que vous avez particulièrement aimé écrire ?

A.N. : Il a fallu environ quatre mois pour écrire et mettre au point le script – il était très difficile de mettre au point tous les niveaux. J’ai aimé écrire tous les passages, mais j’ai apprécié certains des personnages les plus évidemment drôles.

 

B-T : Quand il a été publié il y a 15 ans, le jeu était l’un des plus beaux réalisés et a connu de très bonnes critiques. En 15 ans, les jeux vidéos ont évolué. Que changeriez vous si vous deviez refaire Titanic aujourd’hui.

A.N. : Ce serait génial d’utiliser la puissance des processeurs et des cartes graphiques actuelles pour placer plus de gens dans les décors et créer un environnement plus largement recréé, avec encore plus de détail et de réalisme. Les personnages n’auraient pas à changer.

 

B-T : À ce sujet, de nombreuses personnes veulent voir un remake de ce jeu (il y a même une pétition !), car aucun jeu sur le Titanic produit depuis n’a su être meilleur qu’Une Aventure hors du temps. Y-a t-il une chance de voir un jour un remake de Titanic, une Aventure hors du temps ?

A.N. : Merci pour vos compliments. Je suis très surpris et heureux d’entendre qu’il y a une pétition pour le refaire. Y-a t-il un lien où jeu peux la voir ? [ici, NdR] Il n’y a pas actuellement de plan pour le refaire, mais on ne sait jamais… il pourrait peut-être y avoir un nouveau jeu sur le Titanic. C’est une des idées les plus séduisantes au sujet de ce navire, il peut être tout ce que vous voulez. C’est l’Histoire, et en tant qu’Histoire, il appartient au monde entier.

 

B-T : Sur une note plus personnelle, vous intéressez vous au Titanic ? Lisez-vous toujours des choses à son sujet depuis la réalisation du jeu ?

Oui. En écriant ces lignes, je regarde mon mur, et il y a une ancienne peinture du navire en train de couler. C’est un artiste candide qui l’a peint sur du verre. Et quand le film de James Cameron est sorti, je suis allé le voir à deux reprises. J’étais tellement heureux de voir un film sur le navire et de ne pas avoir travaillé dessus ! [Titanic de James Cameron est sorti un an après le jeu, NdR]

 

B-T : Y-a t-il un livre sur le sujet que vous recommanderiez ?

A. N. : Je commencerais, et terminerais, par La Nuit du Titanic. C’est le meilleur livre sur le sujet et il a été écrit quand des survivants étaient encore en vie et pouvaient toujours se souvenir du naufrage.

 

B-T : Quels ont été vos projets depuis Titanic ?

A. N. :  J’ai travaillé comme producteur pour Britannica.com et je suis auteur pour la National Geographic Society. Je suis actuellement professeur à l’Université de Loyola à la Nouvelle-Orléans. Concernant les jeux-vidéo, je pense qu’ils avaient besoin de s’améliorer techniquement, mais j’espère qu’ils seront capables de créer des personnages plus complètement développés et travaillés. Il est peut-être temps pour un nouveau navire de quitter le port.

Publié dans Rencontre avec... | 1 Commentaire »

Présentation du site

Posté par Antoine le 29 mai 2011

Depuis son naufrage, en 1912, le Titanic n’en finit plus de faire couler de l’encre. Des récits écrits sur le vif (et souvent inexacts) des débuts aux analyses historiques plus poussées d’aujourd’hui, du roman pour enfants au pamphlet défendant une thèse alternative, des milliers d’ouvrages ont été rédigés sur le sujet.

Une vague de publications est survenue en 1998/1999, profitant de l’engouement suscité par le film de James Cameron. Des livres très intéressants et des traductions de textes de bases comme l’ouvrage autobiographie d’Archibald Gracie ont ainsi été publiés, de même que des ouvrages beaucoup plus superficiels, et parfois même des théories du complot fantaisistes. Avec l’approche du centenaire du naufrage, le 15 avril 2012, les nouvelles parutions devraient aller en augmentant, et à mi-2011,un certain nombre d’ouvrages de qualité ont déjà vu le jour.

Des rééditions devraient également arriver, et beaucoup seront en droit de se demander ce qui vaut le coup d’être acheté. C’est pour répondre à cette simple question que poseront sans doute de nombreux néophytes que j’ai créé ce blog. Je compte y analyser et critiquer les ouvrages que je possède sur le sujet, ainsi que les sites web, et, pourquoi pas, les jeux vidéos et films sur le sujet.

 

Publié dans | 10 Commentaires »

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique