Titanic, témoignages de survivants

Posté par Antoine le 26 janvier 2012

Jeux vidéos, films, bande dessinée, le Titanic, on a déjà eu l’occasion de le voir, s’exporte sur tous les formats. Mais, le disque est peut-être le plus improbable de tous. En 2000 pourtant, surfant avec un peu de retard sur la vague cameronnienne, est sorti le double CD Titanic, témoignages de survivants. Un titre qui pouvait cacher beaucoup de choses : témoignages oraux ? Lecture par des acteurs de témoignages ? Combien d’entre-eux ? Longs ou courts ? Les questions au sujet de cet objet peuvent être nombreuses… Répondons-y donc.

 Titanic, témoignages de survivants dans Témoignage FA195

L’implication de l’INA dans ce travail, mais aussi de bases sonores britanniques, est clairement un bon point. On se retrouve ainsi avec une collection d’extraits originaux d’interventions d’acteurs de l’histoire du Titanic, de chansons composées au sujet du naufrage, d’extraits de films, et même du son, authentique, d’un des sifflets de cheminée repêchés sur l’épave du paquebot. Le tout est entrecoupé de brèves interventions d’un narrateur relatant de façon très (trop) succincte l’histoire du navire. Ce survol ne donnera clairement pas une vision globale de ce qu’a été le naufrage du Titanic et est assez bâclé (d’autant qu’il contient, avec le recul, des erreurs), mais soit. Le premier disque contient la narration en français et des témoignages majoritairement dans cette langue, le second est en anglais. Deux contenus différents, mais accessibles à condition de parler les deux langues. Faute de traduction, le livret ne contient que de vague résumés des interventions. Fort heureusement, les interventions en Suédois d’Agnes Sändstrom sont, pour leur part, traduites sur ce même livret. C’est déjà ça.

Mais qui parle, justement ? Quelques acteurs importants du drame : Charles Lightoller, Joseph Boxhall, Stanley Lord… Quelques passagers connus interviennent également : Michel Navratil (ainsi que sa petite fille Elizabeth, qui avait commis Les Enfants du Titanic mais apporte ici des informations intéressantes), Edwina Troutt, Eva Hart, Berthe Leroy… Le monde d’aujourd’hui est également à l’honneur avec Paul-Henri Nargeolet, qui intervient sur l’épave. Alléchante sélection, mais qui cache un contenu bien faible. Chacun n’intervient que très peu, moins de 2 minutes par prise de parole, parfois que quelques secondes. Dommage quand on sait que les témoignages de Boxhall et Lightoller peuvent être trouvés en version intégrale (vingt minutes chacun au moins) sur le site de la BBC, gratuitement. Le disque nous fait miroiter des plats délicieux, mais ne nous permet pas de les apprécier vraiment. Dommage.

À cela s’ajoute le fait que l’information n’est pas triée. On recense pas moins de trois témoignages d’imposteurs, dont celui, très savoureux, d’un suisse, monsieur Philipona, qui explique avoir été le secrétaire de Bruce Ismay et du capitaine Smith et les avoir entendu décider d’augmenter la vitesse en pleine zone de glaces. Crédible. Les producteurs du disque n’ont pas pris le temps de préciser qu’il s’agissait d’un faux témoignage : encore aurait-il fallu qu’ils le vérifient. Tous ces défauts laissent bien peu de crédit à ce disque, que je ne vous recommanderais pas d’acheter. Toutefois, entendre Paul-Henri Nargeolet parler de la découverte d’objets à bord, entendre « Lolo » Navratil nous raconter son expérience, ce n’est pas désagréable. Si vous avez l’occasion de tomber dessus sans trop débourser, c’est une jolie pièce pour une collection, sans pouvoir parler de référence, loin de là.

 

Les plus

  • Entendre la voix de Lightoller, Boxhall, Lord, Navratil, ou même Nargeolet, ça fait indéniablement quelque chose. Tous, d’une façon ou d’une autre ont été le Titanic, et ça, tout « fan » frémira en l’entendant.
  • Des témoignages assez divers et assez significatifs.

 

Les moins

  • Les extraits sont tristement courts, surtout quand on sait ce qui est disponible gratuitement et légalement sur Internet.
  • La narration n’apporte pas grand chose, et le livret est mal fait.
  • Non, M. Philipona, John Butler et Arthur Hay n’ont pas existé, et leurs témoignages ne sont qu’un mensonge. Comme quoi les imposteurs sont légion dans l’histoire du Titanic. Un article du n°42 de la revue Latitude 41 de l’Association Française du Titanic traite de différentes impostures de ce type.

Publié dans Témoignage | 1 Commentaire »

The Loss of S.S. Titanic

Posté par Antoine le 4 septembre 2011

The Loss of S.S. Titanic est un ouvrage particulier, puisqu’il s’agit d’un de ceux qui ont été écrits par un des acteurs du drame. Impossible, donc, de le critiquer de la même façon qu’un ouvrage d’auteur en citant ses points forts et faibles. Il en a, bien entendu, mais en tant que source primaire, on ne peut pas le juger sur les mêmes points qu’un ouvrage écrit avec du recul. Ce genre d’ouvrage est un moyen incontestable de comprendre ce qu’on vécu les gens à bord du Titanic, même s’il faut garder à l’esprit que leurs souvenirs sont parfois erronés.

The Loss of S.S. Titanic dans Coup de coeur best+cover+loss+of+ss+titanic

The Loss of S.S. Titanic (que l’on pourrait traduire par Le naufrage du Titanic) a été écrit en 1912 par Lawrence Beesley. Son témoignage est particulièrement intéressant dans la mesure où il est l’un des rares hommes de 2e classe à avoir survécu au naufrage. Au départ réticent, il a finalement écrit son récit pour mettre fin aux rumeurs qui circulaient dans la presse sur le déroulement du naufrage. Dès le départ, son but est clair : écrire par devoir de mémoire. Ce thème est une constante du livre, Beesley appelant à de nombreuses reprises à ne jamais oublier l’horreur du Titanic pour qu’elle ne se reproduise plus. Ce mot d’ordre n’a, cent ans plus tard, rien perdu de son actualité.

Beesley, professeur de sciences, rapporte les événements avec une précision impressionnante, se souvenant d’idées qui lui sont venues, de tableaux précis qu’il dresse parfois d’après ses souvenirs. Il a en effet une forte tendance à partir dans des comparaisons très élaborées, ou de longues parenthèses qui, si elles rendent son raisonnement parfois dur à suivre, sont en revanche particulièrement intéressantes.

Il a également cherché à faire appel à d’autres témoins pour compléter ce qu’il n’a pas vu. Ceci donne un récit assez complet pour son époque. Bien entendu, il n’en faut pas moins le lire avec le recul d’aujourd’hui. Certains faits n’ont par exemple pu être établis qu’après la découverte de l’épave, comme la théorie de la cassure du navire. Mais de façon générale ; ce livre est une description de l’intérieur du naufrage, qui lui donne une valeur inestimable. Tout passionné du Titanic qui se respecte se devrait de le lire ; et ça tombe bien, il vous attend gratis ici !

Publié dans Coup de coeur, In english please !, Témoignage | 2 Commentaires »

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique