Inspecteur Magnusson, Meurtre sur le Titanic

Posté par Antoine le 26 novembre 2012

Le monde du jeu vidéo se divise souvent en deux catégories de joueurs. Les connaisseurs, qui apprécient les jeux solides, avec un scénario et des graphismes travaillés, qui garantissent des heures de jeu ; et les amateurs, qui veulent un jeu vite fait, pas forcément très travaillé ni trop dur. Cette catégorie est particulièrement méprisée par les connaisseurs dont je fais partie. Et pour cause, c’est un peu comme si quelqu’un vous disait : « Ah oui, j’aime beaucoup la grande littérature, j’ai dévoré le dernier tome des aventures de Winnie L’ourson. » Oui, ça fait donc mal aux oreilles. Inutile de dire que ces joueurs amateurs (on dit « casual » dans le jargon), sont très appréciés des créateurs de jeux : en effet, ils ont la fâcheuse tendance à voir apparaître une étiquette indiquant « pigeon » sur le front de ces créatures maudites. Et quand à l’approche d’un tel individu, cumulée à un centenaire, vient aux oreilles d’un producteur de jeux… cela donne… Inspecteur Magnusson, Meurtre sur le Titanic. Inspectons donc les lieux du crime.

Inspecteur Magnusson, Meurtre sur le Titanic dans Jeu vidéo inspector-magnusson-murder-on-the-titanic_1

Car en matière de meurtre, c’est ici le bon goût de nombre de joueurs qui est assassiné avec cet étron vidéoludique. Pire, c’est également leur bon sens qui est littéralement lynché quand on découvre que cette chose se vend à plus de dix euros, qui peuvent très probablement être mieux utilisés. Le scénario est simple : un soutier du Titanic a été assassiné, à vous de découvrir ce qu’il en est. Le jeu met en lumière une relation de la victime avec une dame de première classe… Mais je n’avoue ne pas être allé bien loin, vous comprendrez vite pourquoi. Je ne peux donc juger du dénouement, mais une des rares critiques que j’ai lues sur le sujet dit que c’est le principal point positif du jeu. Donnons lui le bénéfice du doute.

Le scénario déjà bateau (pas de mauvais jeu de mot s’il vous plait) est, qui plus est, desservi par une mise en scène pathétique. Comprenez le : là où des jeux pour « vrais » joueurs iront chercher des doubleurs de qualité, vous présenteront des scènes cinématiques à couper le souffle… Ici, on a une vague animation sous forme de bande dessinée où les personnages ne bougent pas. La seule animation… les cases de la BD se déplacent progressivement, les bulles bougent parfois. Et bien entendu, aucune voix, de tout le jeu. Je sais que le « rétro » est à la mode, mais depuis le début des années 1990, les personnages de jeu vidéo parlent. Avec de vraies voix.

screen3un dans Pas une grosse perte

Cette séance d’objets cachés n’est que la première d’une longue série…L’Inspecteur Magnusson emporte décidément des choses étranges en voyage…

 

Pouvons-nous vraiment juger la vérité historique ? Les décors ressemblent (très) vaguement au paquebot. Vraiment très vaguement. J’ai cru reconnaître le café parisien, et la cabine de troisième classe (où est logé le soutier victime, no comment), semble relativement fidèle. Mention spéciale, aussi, à la morgue du navire, superbement reconstituée… quand on sait qu’elle n’existait pas. Mais à vrai dire, tous les décors sont surchargés par des avalanches d’objets divers. Car ont tombe dans le gros travers, la grosse mode du jeu « casual » à 10€ : les objets cachés. Le jeu est une alternance d’énigme simplissimes et de « saura tu trouver tous les objets demandés dans cette image ? » À vous, alors, de retrouver les écharpes, pièces de monnaie, cordes et bien entendu, les saxophones planqués dans la salle des chaudières. Pour ce qui est des énigmes, il faudra notamment ouvrir le couvercle d’un piano pour libérer un chien. Voilà voilà.

screen1

Encore le coup des objets cachés. Ce jeu nous apprend au moins que l’équipage du Titanic était des plus désordonnés.

C’est ici la grande faiblesse du jeu : il est simplissime. Le QI requis pour le réussir est estimé à celui de la moule (frite). Depuis quelques années, certes, les jeux vidéos, même pour les connaisseurs, ont tendance à se simplifier… Mais il y a des limites ! En 1993, on découvrait le monde du jeu vidéo en se cassant la tête des heures durant sur les énigmes de Myst. Ici, on passe 10 secondes à chercher la cinquième vis manquante pour remettre en place une poignée de porte. Et si cela s’avère trop difficile, il est toujours possible de cliquer sur un bouton d’aide bien visible pour voir un indice apparaître, ou faire clignoter l’objet tant convoité. Et dans le cadre des énigmes… si elles s’avèrent trop compliquées, un bouton bien en évidence permet de, tout simplement, les sauter. Bref, le jeu est très facile… mais il est probable qu’il vous lassera trop vite pour que vous le finissiez.

Malheureusement, la malédiction du casual gaming a massacré tous les jeux touchant au Titanic, et aucun jeu décent ne nous a été offert depuis le magnifique Titanic, une aventure hors du temps… il y a 16 ans déjà. Messieurs les producteurs, laissez tomber les étrons, donnez nous de la qualité !

 

Les plus

  • Que dire ? Il semblerait que le scénario soit pas mal.
  • Les graphismes n’ont que 10 ans de retard. En tapant large. Mais l’esthétique « dessin animé » ne rend pas trop mal : sur une console DS ou un iPhone, ça serait très bien.

 

Les moins

  • Aucun intérêt ludique à moins d’être une huitre. Ressortez les classiques.
  • Aurait-il été trop dur d’enregistrer quelques voix ? Même, je sais pas, le programmeur et sa femme, faisant des voix différentes. Ça aurait été mieux que les bulles façon BD qui rappellent les jeux Game boy de mon enfance : la Game Boy avait l’excuse de ne pas pouvoir, techniquement, recréer la voix. Les PC le font depuis vingt ans.
  • Un coup d’objets cachés à l’occasion, c’est distrayant, et ça permet au concepteur de bâcler un passage en cas de manque d’inspiration. Mais quand tout le jeu ou presque est constitué de ça…
  • Vendu pour plus de 10€ : ce n’est plus de l’arnaque mais du grand banditisme.

 

 

Publié dans Jeu vidéo, Pas une grosse perte | Pas de Commentaire »

Titanic, un voyage interactif

Posté par Antoine le 10 décembre 2011

En 1996, le CD-ROM était le support de l’avenir pour diffuser la connaissance, à une époque où Internet était encore peu répandu, et dans tous les cas très lent. C’était donc le média idéal pour présenter le Titanic de façon interactive, et c’est ainsi qu’est né le CD-ROM Titanic, un voyage interactif, publié par Havas Interactive.

Jacquette du CD ROM

Sous forme de vidéos, d’images et de textes, ce programme nous propose de découvrir l’histoire du Titanic en prenant plusieurs axes. Une chronologie détaillée et illustrée permet ainsi de découvrir l’histoire du navire de sa conception aux fouilles sur son épave ; tandis que les deux plus grandes parties du logiciel reviennent sur l’histoire du paquebot, et sur son épave. Dans les deux cas, le fonctionnement est le même : des scènes vidéos introduisent et concluent le sujet en montrant des photos d’époque et dessins. Entre les deux, une image figée permet au spectateur de déclencher des vidéos plus courtes sur des sujets précis. À chaque fois, le tout est commenté par la voix batracienne de Frédéric Mitterrand, ce qui peut rendre à beaucoup les choses désagréables. Heureusement, dans la plupart des cas, on peut le faire taire et le remplacer par des textes. Ouf ! Mais ce n’est pas toujours le cas.

En ce qui concerne la partie sur l’histoire du navire, les séquences s’axent autour de la semaine qui suit le naufrage, à partir du 15 avril. Le logiciel ne se concentre cependant pas sur l’enquête et les suites du naufrage comme on aurait pu s’y attendre (même si ces points sont fort bien expliqués), puisqu’il use de nombreux flashbacks pour raconter le naufrage et la traversée. Le tout est bien documenté et était, à l’époque, une source d’information non négligeable pour un novice, même si, bien entendu, il n’ajoutait rien aux classiques littéraires du genre.

La partie sur l’épave se démarque en revanche plus. Nous sommes encore à l’époque qui précède le putsch d’Arnie Geller à la RMS Titanic Inc., et George Tulloch et Paul-Henri Nargeolet sont donc les personnages les plus mis en avant. Une introduction particulièrement intéressante présente le cheminement qui, depuis 1912, a mené à la découverte de l’épave. D’autres séquences similaires à celles sur l’histoire du paquebot lui succèdent, mais les deux morceaux les plus passionnants sont ailleurs. Le logiciel nous propose en effet une « plongée » sur l’épave : à partir d’une vue globale sur laquelle on peut se déplacer (de façon assez rudimentaire toutefois), il est possible d’accéder à des vidéos et diaporamas de différents lieux de l’épave. Le tout est particulièrement intéressant. Mais une deuxième surprise vient à la « remontée », puisque l’on découvre une galerie de quelques centaines d’objets remontés, avec un commentaire. Les pièces en question sont magnifiques, et valent le coup d’oeil.

Ces deux derniers points justifient à eux seuls l’acquisition d’un CD-ROM par ailleurs assez banal, puisqu’il n’apprendra pas grand chose à un passionné de longue date. Plus gênant, ses 15 ans se ressentent, tout d’abord d’un point de vue historique : les choses ont évolué depuis… Mais aussi d’un point de vue technique : impossible de le faire fonctionner sous Windows 7.

 

Les plus

  • Le programme fait globalement le tour du sujet pour l’époque
  • Les séquences consacrées à l’épave sont particulièrement réussies
  • Le fonctionnement est intuitif et l’interface bien conçue

Les moins

  • Frédéric « Kermit the Frog » Mitterrand
  • À l’exception des parties sur l’épave, tout le contenu peut facilement trouver des équivalents gratuits sur le net, souvent plus approfondis… et actualisés
  • Ne fonctionne pas sous Windows 7

Publié dans Jeu vidéo | Pas de Commentaire »

Titanic, une aventure hors du temps

Posté par Antoine le 31 mai 2011

Le Titanic s’exporte sous tous les formats, y compris le jeu vidéo. Et quel jeu ! S’il devait y avoir un coup de coeur sur ce site, ce serait celui-ci. Titanic, une aventure hors du temps est en effet celui qui m’a donné le virus lorsque je l’ai acheté du haut de mes huit ans.

 

Titanic, une aventure hors du temps dans Coup de coeur titanic

 

Le scénario ? Franck Carlson, agent secret de son état, se repent dans son appartement miteux de son échec au cours d’une mission secrète à bord du Titanic, 30 ans plus tôt. Nous sommes en effet à Londres, en avril 1942, et une bombe mal placée a tôt fait de renvoyer le pauvre homme ad patres. Enfin, pas exactement : le voila de retour le 14 avril 1912 dans sa cabine à bord du Titanic, en début de soirée. Il n’a que quelques heures pour accomplir sa mission : localiser un livre précieux, le Rubaiyat (qui se trouvait véritablement à bord), volé par un colonel allemand. Bien vite, l’affaire connait des rebondissement, et au fur et à mesure des rencontres, Carlson se rend compte que les enjeux sont très élevés. Une autre rencontre, avec un iceberg, accélère également les événements…

Graphiquement, le jeu était superbe. Mais plus encore, 15 ans après sa sortie, il reste très agréable à regarder. La reconstitution est assez fidèle au véritable Titanic. Certes, on n’a pas là un travail au détail près (pour cela, voyez plutôt ici), mais c’est clairement le Titanic le plus fidèle vu dans un jeu vidéo. La musique est sympathique et les dialogues agréables tant en français qu’en anglais. Les concepteurs ont pris le parti (plutôt judicieux d’ailleurs), de ne faire figurer aucun personnage réel dans le jeu, pour ne pas prêter atteinte à la mémoire des acteurs du drame. Cependant, la véritable histoire du Titanic n’est jamais loin, et il n’est pas rare qu’un personnage du jeu y aille d’une petite anecdote réelle sur le navire et ses occupants. Le travail de recherche des concepteurs a été poussé, très poussé, (l’historien Walter Lord a servi de conseiller) et mieux encore, les choses ne paraissent pas artificielles et n’empiètent jamais sur l’action.

 

Le jeuest graphiquement superbe

 

L’action, parlons en. Le scénario est bien ficelé, avec de nombreux personnages au caractère bien trempé. Plusieurs heures sont nécessaires pour arriver au bout lorsque l’on connaît la solution, d’autant que les chemins sont multiples. Comme dans les jeux d’enquête classiques, le joueur se promène (en vue subjective s’il vous plait !) dans les coursives du navire, aidant les passagers en espérant un retour d’ascenseur, et tentant de sauver le monde. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : à condition qu’il emporte avec lui différents objets clé dans le canot de sauvetage (en supposant qu’il y embarque), Carlson peut empêcher les deux Guerres mondiales et la révolution russe ! Un épilogue montrera en images le sort du monde en 1942 selon les actes de notre héros… Un échec, et on en revient au Blitz… ou pire !

Mais je m’emporte et ne voudrais pas vous gâcher la surprise. Le jeu est difficilement trouvable dans le commerce aujourd’hui. Et pour cause : il est sorti en 1996. Cependant, on peut le télécharger gratuitement et (quasi) légalement sur LTF Abandonwares, ici. Les anglophones trouveront également un blog très détaillé sur le jeu à cette adresse, avec captures d’écran, extraits audio, solution, anecdotes… Le site que j’aurais aimé faire, en somme !

Titanic, une aventure hors du temps, Cyberflix, 1996

Les plus

  • Un scénario béton, à rebondissements, et cohérent.
  • Une foule d’anecdotes authentiques, notamment dans le mode visite guidée.
  • Graphiquement très beau pour un jeu de cet âge.
  • Bonne durée de vie.

Les moins

 

  • Parfois quelques problèmes de compatibilité. Paradoxalement, j’ai eu moins de bugs avec lui sous Vista que sous les versions précédentes.
  • Dommage que les visites guidées téléchargeables ne soient que partiellement traduites, donnant un côté inachevé au tout.
  • Introuvable dans le commerce.

Publié dans Coup de coeur, Jeu vidéo | 3 Commentaires »

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique