Titanic, la monographie

Posté par Antoine le 7 novembre 2013

Quand on parle de marine, on pense tôt ou tard à une espèce fort répandue dans le monde des passionnés : le modéliste ! J’avais déjà eu l’occasion de parler, il y a fort longtemps, du projet de modélisation virtuelle de Clément d’Esparbès, malheureusement au point mort depuis. Cette fois-ci, il convient de rendre hommage aux maquettistes en « dur » qui peuplent le monde des passionnés du Titanic, vers qui l’Association Française du Titanic et sa revue Latitude 41 portent régulièrement leur attention. C’est pour eux qu’est publié par la revue Bateau-modèle le petit livre Titanic, la monographie, avec un texte de Gérard Piouffre, des illustrations infographiques de Cyril et Lionel Codus, et les photographies des maquettes de Christophe Martinez.

Titanic, la monographie dans Livre spécialisé 3193456743_1_2_FVlbmtHr

Soyons d’ores et déjà clairs, Titanic, la monographie s’adresse avant tout aux maquettistes avides de mieux connaître la structure du paquebot, pour mieux la reconstituer. C’est à eux que sont destinés les deux derniers tiers du livre, regorgeant de schémas techniques à l’échelle, qu’il s’agisse des superstructures, des équipements de pont, des canots de sauvetage, mais aussi des schémas de rivetage… Ces pages satisferont certainement les « techies« , pour reprendre la définition donnée par Senan Molony, mais risquent d’effrayer ceux qui ne sont pas fanatiques du comptage de rivets. Plus accessibles sont en revanche les impressionnants schémas de face, profil et dessus du Titanic et de l’Olympic tels qu’ils se tenaient dans leurs cales de construction.

Le premier tiers du livre est pour sa part plus accessible : il revient sur l’histoire du paquebot, contée par la plume de Gérard Piouffre. Certes, le récit n’est pas aussi détaillé que dans Le Titanic ne répond plus ou même Nous étions à bord du Titanic. Ici, le parti est pris de se centrer sur la construction du paquebot : douze pages lui sont consacrées, contre moins de deux à la traversée et au naufrage. Ce qui est paradoxalement satisfaisant : au vu du petit gabarit du livre, un recentrage sur le sujet de la construction lui permet de se créer un intérêt qu’il n’aurait pas eu en essayant d’embrasser la totalité de l’histoire. Le tout est illustré par les très belles reconstitutions des extérieurs du navire par les frères Codus.

C’est en effet l’iconographie qui fait le principal intérêt du livre : les photographies des maquettes de Christophe Martinez, qui occupent quelques pages de l’ouvrage, en témoignent. Ces reconstitutions des trois géants de classe Olympic sont très fidèles, et magnifiques. On prend par exemple conscience de la place qu’occupaient les canots de sauvetage de l’Olympic après le naufrage de son jumeau.On appréciera également de voir nombre de photographies récentes du transbordeur Nomadic, fraîchement restauré à Belfast.

C’est donc un livre à recommander à tous ceux que la construction du Titanic intéresse, et qui cherchent une contrepartie française au Beveridge (bien que Titanic, la monographie reste moins détaillé). Ceux, en revanche, qui ne s’intéressent que peu au navire lui-même seront certainement déçus : il ne leur est pas destiné. Les autres n’ont plus qu’à empoigner colle et pinceaux : ils ont désormais tout pour reconstruire le Titanic !

Gérard Piouffre, Cyril et Lionel Codus, avec la participation de Christophe Martinez, Titanic, la monographie, J2P Editions, 2013

 

Les plus

  • Enfin un éclairage en français sur la construction du Titanic !
  • Les illustrations sont superbes et inédites.
  • Les modélistes trouveront ici une très bonne base de travail.

Les moins

  • Le livre aurait mérité plus de textes explicatifs : il risque de déboussoler ceux qui n’ont pas de connaissances minimales en architecture navale
  • Il est malheureusement assez cher…

Une Réponse à “Titanic, la monographie”

  1. Bilquez dit :

    Un beau résumé qui donne envie de s’intéresser de plus près à cet ouvrage. Même si je ne suis pas maquettiste l’aspect technique de l’ouvrage pique mon intérêt.
    D’ailleurs pour ceux qui voudrait connaitre les détails de la construction du Titanic, en français, je conseillerai aussi l’ouvrage Titanic – 1909/1912 – Les secrets de la construction du titan des mers de David Hutchings et Richard de Kerbrech, traduits de l’anglais par Jean-Pierre Dauliac et publié chez ETAI.

    Bien que moins complet que les deux tomes de The ship magnificient, cet ouvrage a le mérite d’être en français et d’être accessible à tous. Peut être mériterait-il lui aussi sa place dans le biblio Titanic.

Laisser un commentaire

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique