À la recherche de Sir Malcolm

Posté par Antoine le 15 juillet 2011

S’il est un format où on ne s’attendrait pas à trouver le Titanic, c’est bien la bande dessinée de fiction… et pourtant ! Alors que je venais de découvrir le Titanic et que je traquais tout ce qui se faisait sur le sujet, j’ai découvert au détour d’une exposition consacrée à la BD une étrange affiche. Derrière un homme assis dans un fauteuil, le paquebot était clairement visible. Quatre cheminées, une silhouette familière… Ce ne pouvait être que le Titanic. J’ai furtivement noté le titre, et commandé à ce cher Père Noël la BD en question. Que vaut elle ?

À la recherche de Sir Malcolm dans Roman 4441g

Tout d’abord, un peu de contexte. Il s’agit là d’une fiction, se déroulant en partie à bord du Titanic. En 1952 à Londres, Francis Albany attend avec fébrilité l’ouverture du testament de sa tante qui doit apporter des révélations sur la mort de son père, Sir Malcolm, disparu dans le naufrage du paquebot en 1912. Plongé dans un album de souvenirs, il se remémore la traversée, alors qu’enfant avec son amie Olivia, ils faisaient tout pour percer une étrange affaire d’espions allemands et américains, et de messages codés. Avec force retours au présent et faux semblants, l’intrigue serpente jusqu’à un dénouement assez surprenant, dont je ne parlerai pas pour ne pas gâcher la surprise. Quoi qu’il en soit, le tout est particulièrement complexe, et l’enfant que j’étais n’a pas dû y saisir grand chose.

Et le Titanic, dans tout ça ? Est-il bien utilisé ? Il faut avouer que, pour une BD datant de 1984, les décors sont bien fichus, à partir de photos d’époque, même s’ils manquent parfois de couleur. L’histoire est en revanche assez mal utilisée, puisque le naufrage est expédié en deux ou trois pages, de façon confuse, sans même qu’on ne sache vraiment qui meurt ou survit. Quatre pages de texte (avec quelques illustrations reproduisant des documents d’époque) raconte succinctement les faits au début de la bande dessinée, une bonne initiative.

En conclusion, je dirais qu’À la recherche de Sir Malcolm satisfera plus l’amateur de bande dessinée adulte que le passionné du Titanic ; une pièce étonnante mais pas primordiale.

Floch et Rivière, À la recherche de Sir Malcolm, 1984, Dargaud

 

Les plus

  • Des décors bien reconstitués et utilisés qui démontrent un travail de recherche
  • Le dessin est joli et l’action assez prenante et entraînante
  • Les 4 pages présentant le sujet, même si elles ne sont plus d’actualité, sont bien faites

 

Les moins

  • Une histoire franchement complexe même si elle est facile à suivre : on l’a lit d’une traite… pour conclure qu’on n’a pas tout compris.
  • Le paquebot n’est pas franchement mis en valeur par l’histoire. Une BD qui se passe certes à bord du Titanic, mais n’exploite pas vraiment le lieu.

Laisser un commentaire

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique