A Night to Remember (Altantique, latitude 41°)

Posté par Antoine le 3 juin 2011

Je ne pensais pas pouvoir traiter ce film avant longtemps, ne l’ayant que sur une vieille cassette vidéo usée. A Night to Remember de Roy Ward Becker, sorti en 1958, est pourtant pour moi le meilleur film sur le naufrage du Titanic, nettement devant celui de James Cameron dont je parlerai plus tard. Le problème est qu’il est difficile d’accès, ce qui ajoute à sa qualité : en l’appréciant à sa juste valeur, on a l’impression de s’élever au dessus de la masse qui s’est contentée du film de Cameron, tout comme en bon fan des Beatles je préfère Strawberry Fields Forever au trop populaire Yesterday.

Il se trouve qu’après des années de recherche de ce film en DVD, dont je n’étais même pas sûr qu’il existât, j’ai aujourd’hui enfin pu l’acquérir. Et bien au dernier endroit où je l’aurais cru possible, puisqu’il se trouvait dans les DVDs en promo de mon supermarché classique, entre un nanard et un cours de gym tonique en vidéo. Aussitôt rentré, je me le suis donc repassé avec nostalgie (et un paquet de chips).

 

A Night to Remember (Altantique, latitude 41°) dans Coup de coeur 208e

 

Pourquoi s’agit-il du meilleur film sur le naufrage ? Un peu d’histoire pour commencer. A Night to Remember est à l’origine le livre culte de l’historien Walter Lord publié en 1955 et traduit en français sous le titre La Nuit du Titanic. Pour son ouvrage, Lord a interrogé nombre de rescapés, et son récit, s’il ne bénéficie pas des avancées technologiques et du recul actuel, garde cette authenticité car il est issu des souvenirs des acteurs du drame. Sa méthodologie peut cependant être par moments critiquée : ce sera l’objet d’un prochain post. Trois ans après sa sortie, le livre est adapté en film. Et pas par n’importe qui, puisque le quatrième officier du Titanic, Joseph Boxhall, en est le conseiller technique. Le rescapé Lawrence Beesley apparaît également sur le tournage, et malgré son grand âge, débarque sur le plateau pour couler avec le navire !

C’est donc un récit fort précis qui nous est ici dressé. Il ne s’encombre pas de personnages fictifs de premier plan comme Jack et Rose. Si l’on suit certains personnages, il s’agit plus de silhouettes anonymes : un petit groupe d’émigrants irlandais, un couple de jeunes mariés, une famille de première classe. À ceux-ci s’ajoutent des personnages historiques que le film suit, en particulier le deuxième officier Charles Lightoller, mais aussi le boulanger Charles Joughin, l’architecte Thomas Andrews… Cette multiplicité des points de vue donne une vue d’ensemble du drame, et le tragique n’en est que plus présent. Même ces anonymes, comme un vieillard qui, dans les derniers instants, prends sous son aile un enfant perdu qu’il sait être condamné comme lui, ont une personnalité qui ne laisse pas insensible le spectateur même lorsqu’il ne les voit que quelques minutes. Cette absence de héros, loin de pénaliser le film, lui donne sa force en décuplant son effet dramatique.

antr-b dans Film

Cette famille de 1e classe, que l’on ne voit pourtant pas plus de 5 minutes, donne lieu à une des scènes les plus poignantes du film.

 

Pourtant, le film ne cherche jamais à provoquer la tristesse chez le spectateur, il la laisse venir. La musique est très peu présente, même durant les scènes dramatiques. Lorsque le navire heurte l’iceberg, c’est le calme qui prévôt : calme sur la passerelle, où les officiers sont sous le choc, dans les salons ou nul ne comprend, opposé à l’agitation des salles de chaudières inondées brusquement. De même, lorsqu’un père dit adieu à ses enfants sans vouloir les paniquer et observe sa famille partir dans un canot, nul violons pour nous tirer les larmes : la tristesse de la situation transparaît par la seule action, sans fard.

Les scènes s’enchainent sans que l’on saisisse toujours ce qui les lie, on passe d’un navire à l’autre, des machines aux salons, pour nous rappeler le chaos de cette nuit là. La leçon de cinéma est d’ailleurs suffisamment convaincante pour que James Cameron ait repris mot pour mot certains dialogues dans son propre film, à l’image de la scène ou Thomas Andrews explique au capitaine Smith que son navire est condamné.

 

550full-a-night-to-remember-screenshot1

« Il va couler, c’est une certitude mathématique »… James nous l’a aussi sortie celle là !

 

Historiquement, le film a les forces et faiblesses du livre de Lord. Si on touche ici de près le vécu des passagers, on est également témoin des faiblesses du récit et des souvenirs humains. L’exemple le plus flagrant est la scène où le navire coule d’un seul tenant, suivant ainsi les témoignages majoritaires parmi les rescapés. La découverte de l’épave a prouvé le contraire. Le passionné trouvera quand même de nombreuses allusions à maintes anecdotes sur ce qui s’est passé à bord, pour son plus grand plaisir.

D’un point de vue visuel, A Night to Remember se défend également bien malgré ses 50 ans passés : certes, les maquettes ne valent pas les effets spéciaux de James Cameron, mais l’artifice n’est pas non plus évident au point de choquer et de faire passer l’action au second plan. Les décors intérieurs sont pour leur part très fidèles, et montrent que le film a disposé de grands moyens. Les acteurs, enfin, sont convaincants, notamment Kenneth More, impressionnant en Lightoller.  On notera aussi l’apparition de David McCallum, plus connu des jeunes pour son rôle dans NCIS, ou Bernard Fox qui a diversifié ses sujets de film en tournant dans Titanic en 1997.
On l’aura compris, il s’agit là d’un grand film, et de la référence. Le rêve pour moi serait un re-make avec les moyens d’aujourd’hui… et les connaissances acquises. Mais en serai-on capable sans sombrer dans le pathos ou le sensationnalisme ?

Atlantique, latitude 41° (A Night to Remember), film de Roy Ward Baker sorti en 1958.

 

Les plus

  • De loin le film le plus fidèle à ce qu’ont vécu les passagers.
  • Un style sobre, sans fard, qui donne un plus émotionnel certain.
  • Une multiplicité des points de vue qu’on ne trouve dans aucun autre film.
  • De très bons acteurs et un rendu visuel fort convenable pour un film catastrophe des années 1950

Les moins

  • Désormais dépassé sur un certain nombre de points qui ont depuis été reconsidérés suite aux découvertes. Le film n’est pas à prendre comme un récit de ce qui s’est passé, mais plutôt comme un récit de ce que les gens se souviennent avoir vu. La différence n’est pas évidente au premier abord, mais est pourtant essentielle.

6 Réponses à “A Night to Remember (Altantique, latitude 41°)”

  1. Chouette dit :

    Ton avis me donne envie de regarder le film que j’ai mais que je n’ai pas encore eu le temps de visionner , honte à moi!Merci pour ton article très cher Titanicophile!

    Chouette!

  2. Tiphaine dit :

    Très beau film, j’aime tout particulièrement le personnage de Andrews qui est très bien joué. L’acteur dans le rôle de Lightoller est tout aussi remarquable, même si certains noterons que le 2ème officier est sans doute un peu trop présenté en héros. Le film possède un autre atout non négligeable, il n’y a pas de scène de suicide de l’officier Murdoch.

  3. Antoine dit :

    Effectivement, Lightoller voit pas mal la couverture tirée à lui ; mais c’est déjà le cas dans le livre de Lord : après tout, on a là un des acteurs principaux du drame, qui a qui plus est publié des mémoires ultra détaillées sur le naufrage. Il est donc facile de le représenter en suivant son témoignage, or, rapporter des témoignages, c’est le but du film.

    Pour Murdoch, en effet : il me semble que Lord ne retient pas la thèse du suicide car il suit pas mal l’avis du colonel Gracie. D’ailleurs, pour tout dire, Murdoch n’est pas franchement présent à l’écran.

    Ismay aussi est plus épargné que par Cameron : on le voit aidant au chargement des canots, et il ne cherche pas à influer sur la vitesse… mais on le voit aussi sauter dans un canot à la sauvette sous le regard inquisiteur de Murdoch, ce qui s’éloigne probablement de la réalité. A noter que le livre de Walter Lord était bien plus anti-Ismay et anti-Lord (Stanley cette fois) que le film.

  4. delphine dit :

    est ce que ce film est en français quand vous l’avez regardé

  5. Antoine dit :

    Je l’ai en DVD et il y a effectivement une version française. Mais le doublage est immonde et caricatural ; par moments on croirait des voix dignes d’un dessin animé de Tex Avery : mieux vaut privilégier la VO sous titrée.

  6. Emilie dit :

    J. Cameron s’est énormément inspiré de cette version, voir plagie autant dans certaines répliques ( Andrews et sa certitude mathématique, aussi reprise dans le pseudo-docu « La Veritable Histoire de cette année) , mais aussi les angles de prises de vue ( Andrews-encore lui- au fumoir lors du naufrage), mais son film n’arrive pas à la chevilles, historiquement parlant à ce chef d’oeuvre de Roy Ward Baker!!!!!

Laisser un commentaire

 

Renaissance et Unification |
Sciences |
collège Adberrahim Bouabid ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DogPeople
| Géotechnique
| Le Scientifique